BACA Report / rapport BACA

The Aboriginal Curatorial Collective / Collectif des commissaires autochtones (ACC-CCA) received the support of the Canada Council for the Arts through the New Chapter Fund towards the Tiohtià:ke Project with the express purpose of activating Montreal and Quebec over multiple years to create healthier and stronger Indigenous arts environments. Within the first year of the project ACC-CCA was able to partner with the Contemporary Indigenous Art Biennial / La Biennale d’Art Contemporain Autochtone (BACA) for the Contemporary Native Art Biennial – 4th edition in 2018.

ACC-CCA and BACA selected Niki Little and Becca Taylor as co-curators for the 4th edition of the Biennial through a nation-wide open call for submissions. Little and Taylor began a 8-month residency in Montreal/ Tiohtià:ke in November 2017, to research and produce the series of exhibitions and arts programming under the theme of Indigenous sisterhood, that became BACA 2018: “níchiwamiskwém | nimidet | ma sœur | my sister”. This two month-long event spanned several venues, art spaces and institutions in Montreal and surrounding area, including: La Guilde 1906, Art Mûr, Musée des beaux-arts de Sherbrooke, Galerie d’art Stewart Hall and the Musée McCord.

The works of the artists in the Biennial featured stories of sacrifice, protest and love, and the relationships shared by Indigenous women that extend beyond kinship, blood-relationship and nation. Participating artists include but are not limited to: Aura, Eruoma Awashish, Natalie Ball, Catherine Blackburn, Tamara Lee-Anne Cardinal, Kablusiak, Uzumaki Cepeda, Chief Lady Bird, Dayna Danger, Raven Davis, Lindsay Dobbin, Lita Fontaine , Brittney Bear Hat, Richelle Bear Hat, Carla Hemlock, Tsēmā Igharas, Tanya Lukin Linklater, Caroline Monnet, Sandra Monterroso, Shelley Niro, Jeneen Frei Njootli, Gilda Posada, Skeena Reece, Skawennati, Marian Snow and Tasha Spillett.

The Biennial launched in early May 2018 with many celebrations and much interest from local and national arts communities. ACC-CCA is very proud of the curatorial work conducted by Niki Little and Becca Taylor who consistently and professionally ensured the interests and talent of Indigenous artists were well represented and properly showcased throughout BACA 2018.

One of the outcomes of working on this project with BACA and other arts institutions in Montreal and Quebec, is that ACC-CCA staff and board now further understand the challenges that Indigenous-led institutions and Indigenous artists face within Quebec. It is clear to us that more Indigenous organizations with dedicated and permanent spaces need to exist within the Montreal arts environment in order to establish higher levels of arts production, critical discourse and Indigenous-friendly arts environments. An increased presence of Indigenous peer organizations will result in higher expectations in relationship development for non-Indigenous spaces and a higher level of output for Indigenous artists within the region.

In the future, ACC-CCA will focus our efforts on the establishment of Indigenous-led organizations within Montreal/Tiohtià:ke while continuing to nurture healthy environments for Indigenous curators and artists.

//

Le Collectif des commissaires autochtones (ACC-CCA) a reçu l’appui du Conseil des Arts du Canada par l’entremise de la bourse Nouveau Chapitre pour le projet Tiohtià:ke et ce dans le but de stimuler Montréal et le Québec pendant plusieurs années dans la création d’environnements artistiques autochtones plus sains et plus solides. Au cours de la première année du projet, l’ACC-CCA s’est associé à la Biennale d’Art Contemporain Contemporain/ Contemporary Native Art Biennial (BACA) – 4ème édition en 2018.

ACC-CCA et BACA ont sélectionnés Niki Little et Becca Taylor en tant que co-commissaires pour la 4ème édition de l’événement et elles ont amorcé une résidence de huit mois en novembre 2017, ce qui les a conduit à la recherche, au développement et à la réalisation d’une série d’expositions et d’activités artistiques qui est devenu BACA 2018. Les co-commissaires Little et Taylor ont mis l’accent sur le thème de la sororité autochtone en créant un concept global intitulé níchiwamiskwém | nimidet | my sister | ma soeur qui a donné lieu à une exposition et des actions artistiques d’envergure dans plusieurs lieux artistiques de Montréal et des environs, notamment à La Guilde 1906, Art Mûr, le Musée des beaux-arts de Sherbrooke, la Galerie d’art Stewart Hall et le Musée McCord.

Les œuvres des artistes de la Biennale ont présenté des histoires de sacrifice, de protestation et d’amour, soulignant les liens partagés par les femmes autochtones car ces relations s’étendent au-delà de la parenté, de la relation de sang et de la nation. Les artistes participantes incluent, mais ne sont pas limités à : Aura, Eruoma Awashish, Natalie Ball, Catherine Blackburn, Tamara Lee-Anne Cardinal, Kablusiak, Uzumaki Cepeda, Chief Lady Bird, Dayna Danger, Raven Davis, Lindsay Dobbin, Lita Fontaine, Brittney Bear Hat, Richelle Bear Hat, Tsēmā Igharas, Tanya Lukin Linklater, Caroline Monnet, Sandra Monterroso, Shelley Niro, Jeneen Frei Njootli, Gilda Posada, Skeena Reece, Skawennati, Marian Snow et Tasha Spillett.

La Biennale a été lancée au début du mois de mai 2018 avec de nombreuses célébrations et un grand intérêt pour l’événement de la part des communautés artistiques locales et nationales. L’ACC-CCA est très fière du travail de commissariat mené par Niki Little et Becca Taylor, qui ont veillé de façon constante et professionnelle à ce que les intérêts et le talent des artistes autochtones soient bien représentés et mis en valeur tout au long de BACA 2018.

Travailler sur ce projet avec BACA et d’autres institutions artistiques à Montréal et au Québec a notamment permis au personnel et au conseil d’administration de l’ACC-CCA de mieux comprendre les défis auxquels les institutions et les artistes autochtones sont confrontés au Québec. Il est clair pour nous qu’il doit exister davantage d’organismes autochtones ayant des espaces permanents dans l’environnement artistique montréalais afin d’établir des niveaux plus élevés de production artistique, de discours critique et de milieux artistiques favorables aux artistes et commissaires autochtones. Une présence accrue d’organismes homologues autochtones entraînera une augmentation des attentes en matière de développement de relations avec les espaces non autochtones et un niveau de production plus élevé pour les artistes autochtones de la région.

À l’avenir, l’ACC-CCA concentrera ses efforts sur la création d’organismes autochtones à Montréal/Tiohtià:ke, tout en continuant de favoriser des environnements sains pour les commissaires et les artistes autochtones.

You may also like...