The Tiohtià:ke Project – Le Projet Tiohtià:ke

The Tiohtià:ke Project
Aboriginal Curatorial Collective/Collectif des Commissaires Autochtones (ACC-CCA)

As part of the Tiohtià:ke Project, the Aboriginal Curatorial Collective-Collectif des Commissaires Autochtones (ACC-CCA) is proud to have entered into partnership with la Biennale d’Art Contemporain Autochtone (BACA) for their fourth iteration, and to co-present the exhibition níchiwamiskwém |nimidet | my sister| ma sœur, co-curated by Niki Little and Becca Taylor. Over the past five months, Niki and Becca had the opportunity to do a curatorial residency in Tiohtià:ke where they have built new relationships, opened dialogues, and led community conversations with Montreal’s communities. The presence of Indigenous art within Quebec which prioritizes Indigenous knowledge and methodologies is still rare but this exhibition is a great example of providing more space for Indigenous artists, and especially for Indigenous women-identified artists.

Creating visibility and gathering together as Indigenous artists, curators and writers from across Quebec and Canada is the main purpose of the Tiohtià:ke Project, a two-year cycle of programming which includes exhibitions, a curatorial delegation tour, panels and community gathering. “Tiohtiá’ke” [“Joe-ja-ghe”], the Kanien’kéha name for the city of Montreal, translates to: “where many nations gather”. Oral history tells us this place is an ancient site for creating, sustaining and celebrating nation-to-nation relationships through ceremony and protocol. This project proposes to revisit the ancestral role of Tiohtià:ke, utilizing it as the paradigm within which to establish frameworks of creative production and engagement with community: Indigenous and non-Indigenous, urban and rural, Anglophone and Francophone. This project’s methodology is based in the ancestral ceremony of trade; as when Indigenous Nations traveled across this land, now known as Canada, and built relationships and stewardship despite language barriers. This is an act of resistance and decolonization today in this context of colonized land.

For the past 11 years, the ACC-CCA has been developing and disseminating curatorial practices, innovative research, and critical discourses on Indigenous arts and culture throughout the land we know called Canada. As an Indigenous national arts service organization, we support, promote and advocate on behalf Indigenous curators, critics, artists, and representatives of arts and cultural organizations through mentorships, research, curatorial exhibitions, commissioned writings, disseminations and large-scale colloquia and gatherings. Through fostering collaboration and knowledge exchange, and embracing principles of Indigenous protocols, the ACC-CCA strives towards an equitable space for the Indigenous curatorial, artistic, and intellectual communities on Turtle Island.

Through níchiwamiskwém |nimidet | my sister| ma sœur, Niki Little and Becca Taylor honour the voices of over 40 Indigenous women-identified, non-binary, and two-spirit artists and the creative collective force that emerges from their stories, identities, and knowledge. By sharing their love, their truths, and their relationships with their sisters, these artists remind us that Indigenous women are resilient and sovereign of their bodies and minds on Turtle Island. It was a real pleasure for the ACC-CCA to support and promote the curatorial work of Niki Little and Becca Taylor, and it is now the time to listen to the stories of these incredible artists.

ACC-CCA would like to thank BACA for this partnership and the Canada Council for the Arts for their generous support through the New Chapter funding.

Michelle Latimer. Nimmikaage (Elle danse pour son peuple), 2015, 2 min 43 s Crédit : Office national du film du Canada

————————————

Le Projet Tiohtià:ke
Aboriginal Curatorial Collective/ Collectif des Commissaires Autochtones (ACC-CCA)

Dans le cadre du projet Tiohtià:ke, l’Aboriginal Curatorial Collective-Collectif des commissaires autochtones (ACC-CCA) est fier de co-présenter en partenariat avec la Biennale d’Art Contemporain Autochtone (BACA), níchiwamiskwém | nimidet | my sister | ma sœur, co-commissarié par Niki Little et Becca Taylor.

Les deux co-commissaires, basée à Winnipeg, Manitoba et Edmonton, Alberta, ont été choisies dans le cadre d’un appel pour une résidence de commissaire lancé par l’ACC-CCA pour BACA dans le cadre des activités de la première année du Projet Tiohtià:ke. Niki et Becca sont en résidence à Tiohtià:ke/Montréal depuis janvier, où elles ont établi de nouvelles relations, ouvert des dialogues et mené des conversations avec les communautés d’ici. À travers leur vision et leur travail, cette biennale qui est une exposition présentée dans cinq lieux, priorise les connaissances et les méthodologies autochtones, en offrant non seulement de l’espace pour les artistes autochtones, mais en soulignant spécifiquement les multiples rôles et le travail des personnes qui s’identifient comme femmes autochtones, non-binaires, queer ou bispirituels.

Créer de la visibilité et se rassembler en tant qu’artistes, commissaires et écrivain.es autochtones au Québec et au Canada est le but principal du projet Tiohtià:ke. Cet ambitieux cycle de programmation de deux ans comprend des expositions, des activités de sensibilisation et des rassemblements communautaires dans la ville et dans la grande région de Montréal, ainsi qu’une tournée pancanadienne/québécoise/ autochtone d’une délégation de commissaires qui visiteront des communautés autochtones du Québec. Notre objectif est de combler les divisions historiques imposées par les barrières systématiques des structures et de la pensée coloniale. “Tiohtià:ke” [“Djo-dja-gué”], le nom Kanien’kéha / Mohawk post-contact pour la ville de Montréal, se traduit par : « où le peuple se sépare ». Nous voulons maintenant rassembler. L’histoire orale nous dit que cet endroit est un ancien site pour créer, maintenir et célébrer les relations de nation à nation par le biais de cérémonies et de protocoles. Ce projet propose de revisiter le rôle ancestral de Tiohtià:ke en l’utilisant comme paradigme dans lequel établir des cadres de production créative et d’engagement avec les communautés autochtones et non-autochtone, urbaine et rurale, anglophone et francophone. La méthodologie de ce projet est basée sur la cérémonie ancestrale du commerce ; qui repose sur l’importance primordiale des relations. Nous voyons cela comme un acte de résistance et de décolonisation dans le contexte des terres colonisées d’aujourd’hui.

Au cours des 11 dernières années, l’ACC-CCA a élaboré et diffusé des pratiques de commissariat, de la recherche novatrice et des discours critiques sur les arts et les cultures autochtones dans tout le pays que nous appelons aujourd’hui le Canada. En tant qu’organisme national de service aux arts autochtones, nous soutenons, faisons la promotion et défendons les commissaires, critiques, artistes et représentant.es des organismes artistiques et culturels autochtones par l’entremise de mentorats, de recherches, d’expositions, de commissariats, de textes et de colloques de grande envergure. En favorisant les relations grâce à la collaboration et à l’échange de connaissances, et en adhérant aux principes des protocoles autochtones, l’ACC-CCA s’efforce de créer un espace équitable pour les communautés de commissaires autochtones, artistiques et intellectuelles sur l’île de la Tortue.

À travers níchiwamiskwém | nimidet | my sister | ma sœur, Niki Little et Becca Taylor honorent les voix de plus de 40 artistes autochtones qui s’identifient comme femmes, non binaires et bispirituels et la force collective créative qui émerge de leurs histoires, de leurs identités et de leurs savoirs. En partageant leur amour, leurs vérités et leurs relations avec leurs sœurs, ces artistes nous rappellent que les femmes autochtones sont résilientes et souveraines de leur corps et de leur esprit sur l’île de la Tortue. Ce fut un réel plaisir pour l’ACC-CCA de soutenir et de promouvoir le travail de commissaire de Niki Little et Becca Taylor au cours des quatre derniers mois. Il est maintenant temps d’écouter les histoires de ces artistes incroyables.

L’ACC-CCA aimerait remercier le Conseil des Arts du Canada pour son généreux soutien au Projet Tiohtià:ke grâce au financement du programme Nouveau Chapitre. Nous sommes particulièrement reconnaissant.es à BACA d’avoir invité l’ACC-CCA à participer à leur vision de la Biennale d’Art Contemporain Autochtone.

Hannah Claus, mentor du Projet Tiohtià:ke et Camille Larivée, coordonnatrice du Projet Tiohtià:ke

You may also like...